Guyane!!!!

Comme la plupart d’entre vous doit déjà le savoir, je suis arrivé en Guyane il y a trois semaines pour un stage de six mois. Je suis à Kourou (petite ville dynamisée par la présence du centre spatial européen) où Arnaud (mon cousin pour ceux qui ne le sauraient pas) a atterri par hasard comme moi. Belle coïncidence qui nous permet de nous rapprocher et de nous sentir un peu plus chez nous.

Ici la forêt est magnifique, peut-être même encore plus belle que celle que j’ai vue au Brésil, et je continue donc avec joie mon activité favorite : l’escalade dans les arbres !  

Les cousins!

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Bon je l’avoue, il y a eu du relâchement sur la manière dont j’ai tenu ce blog (ou pas) ces derniers mois… Mais bon me voilà de retour ! Alors je ne vais pas vous raconter non plus étape par étape tout ce que j’ai fait depuis mais bon, en gros j’ai fini mon semestre d’étude au Brésil courant août, ma copine Élise est venue me rejoindre un petit moi et on s’est baladés au Brésil et au Vénézuela pour marcher dans la forêt, grimper une montagne magnifique et voir la plus haute cascade du monde. Voici quelque photos !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

En vrac, escalade sur Hévéa et weekend « à la campagne »

Normalement l’escalade des arbres se fait en faisant passer la corde dans une branche à la cime de l’arbre et en grimpant à la corde, mais j’avais envie de voir si on pouvait appliquer les techniques d’escalade « conventionnelle »  à un arbre. Le tout était de trouver un arbre qui s’y prête, car c’est pas évident de trouver des prises sur un tronc tout lisse… On a fini pas trouver un hévéa (arbre duquel on extrait le latex) qui regroupait les trois conditions nécessaire: assez haut pour être intéressant, des prises jusqu’en haut, et des branches assez fortes pour supporter la corde. Conclusion: sensation super sympa! (à condition de faire gaffe aux fourmis qui vous piquent les mains quand vous êtes en train de chercher des prises)

Premier test sur un arbre pas bien grand

Là ça devient plus sérieux!Le jour suivant je suis allé avec mon amie Ester qui va partir en France dans un « sitio », une des petites maisons isolées généralement sur le bord des fleuves (en l’occurrence sur le bord de l’Amazone).  Ambiance super sympa, très proche de la nature, tours en barque sur l’Amazone, balade dans la forêt pour y chercher des fruits… Les propriétaires avaient même un singe et un perroquet domestiques!

La mère de mon amie, 63 ans et une pêche d'enfer!

 

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Itapiranga, a vida feliz

Avec mon ami André (malgré son nom il est brésilien) je suis allé dans son petit village de pêcheurs pour voir un peu la vie qu’on y mène. Ambiance très conviviale dans la maison de bois où habite la famille (les parents, leurs enfants, leurs conjoint(e)s et les enfants de ceux-ci). Le lendemain de notre arrivée, lever 5h pour profiter des premières heures du jour pour aller à la pêche dans une fraîcheur relative. A trois dans une barque qui prend l’eau dès qu’un de nous se penche un peu trop, on part pour l’igapo, les zones de végétations en marge des fleuves, inondées la majeure partie de l’année. On se retrouve très vite dans un dédale de végétation sans fin où le père de mon ami n’a aucun mal à s’orienter. Faut dire que c’est là qu’il pêche tous les jours. On place un à un cinq filets de pêche d’une dizaine de mètres dans des zones bien spéciales selon le type de poisson que l’on souhaite pêcher. Une fois tous les filets placés on part se reposer dans une petite cabane en plein milieu de cet immense marais. Quand que le père de mon ami estime que l’on a assez attendu, on repart récupérer les filets et éventuellement les poissons qui s’y sont pris. Sur les quatre premiers, on obtient quatre poissons dont je ne me souviens plus du nom, et un petit piranha. Sur le cinquième que l’on avait placé dans une zone à piranha, on en obtient trois de plus ainsi qu’un piranha noir d’une bonne quarantaine de centimètre qui n’aurait d’après eux aucun mal à nous amputer d’une phalange ou deux… A coté on trouve aussi le reste d’un poisson qui s’est pris dans le filet et s’est fait dévorer par les piranhas. De retour à la maison on a droit à du capibara (gros rongeur du coin) en sauce et à du tatou, ce n’est pas mauvais du tout !

La super barque dans laquelle on a quand même réussis à monter à trois

Le père de mon pote

La petite sieste avant de retourner chercher les poissons

Un petit piranha

Un plus gros piranha, le piranha noir

Babeba qu'est-ce que tu dit de ça? Fier de ton petit-fils?

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Fazenda Imperial

Ici un travail de terrain peut être une bonne excuse pour une petite excursion entre amis. Avec quatre de mes amis nous sommes allés dans une immense ferme près d’Itacoatiara pour mesurer la compactation des sols pour un travail d’Isabella, la brésilienne qui va partir étudier à Toulouse. Les mesures n’ayant pas pris beaucoup de temps, on a eu le temps de s’amuser un peu. Tour en barque et baignade dans les eaux à 25° (si ce n’est pas plus), 4×4 dans la forêt, escalade dans les arbres… Au final : une journée aussi fascinante que crevante et un très bon souvenir !

Avec un bolide pareil rien ne peut vous arrêter!

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Première familiarisation avec la jungle Amazonienne

Deux jours de libérés pour Pâques du coup on est allé avec mon pote Luis de Manaus à Presidente Figereiro une petite ville à 50 km au nord de Manaus dans une zone de protection environnementale. Il y avait pas mal de monde vu que c’est un peu un endroit ou les manauaras (habitants de Manaus) viennent s’amuser, mais bon on a quand même réussi à se trouver un petit endroit où poser nos hamacs et partager un bon repas et un verre de cachaça avec des gens super sympas. La principale attraction du coin est la vingtaine de cascades éparpillées sur les 25 km de route entre les deux agglomérations, dans lesquelles on peut se baigner. N’ayant pas de voiture, on a eu le temps d’en faire seulement deux, mais c’était bien suffisant. Après une seconde soirée très sympa et encore une fois une invitation à manger du super poisson (et même le ptit dej’ le lendemain), on est allé dans la forêt avec un guide pour voir des cascades et des grottes superbes. La marche dans la forêt est très agréable même si parfois on a du mal à trouver de l’oxygène dans les 95% d’humidité, on y a vu des serpents, des singes, des araignées… la jungle quoi !

L’endroit où on prenait nos bains pour se réveiller un peu

Luis et moi

Parce qu'il ne fait pas toujours beau

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Itacoatiara, le bout du monde

Après 4h de voiture sur une route où l’on ne roule pas sur sa voie mais sur la voie où il y a le moins de nids de poule (en l’occurrence ici je parlerais plutôt de nids d’autruche où d’éléphant), nous sommes arrivés à Itacoatiara, dernière ville au bout de cette route longeant l’Amazone vers l’Est. Sur les 150 km que nous avons traversés, nous avons vu : une ville de plus de 300 habitants, une dizaine de villages et une vingtaine de fermes, ainsi qu’une bonne centaine de vautours (très communs ici, même en plein cœur des villes à farfouiller dans les poubelles, un peu comme nos corbeaux… en plus gros). Arrivé à Itacoatiara, on est très bien accueillis par les gens de l’université et je rencontre même les étudiants qui veulent partir en France. Après un au revoir chaleureux avec les gens de Manaus qui m’ont bien aidé et Phillipe qui rentre en France, je vais m’installer à l’hôtel ou je serais logé durant le semestre. C’est ce qui fait ici office de cité étudiante. Certes on est 5 par chambres, mais dans une cité étudiante on a pas le petit déjeuner et surtout la piscine !!! De plus, j’ai tout cela pour la modique somme de… nada ! Je donnerais des cours de Français aux élèves durant le semestre, et en échange, je suis logé à l’œil, pas mal non ?


ma fac

L'Amazone

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire